LE RÉALISME POUR LUTTER CONTRE LE TABAC

Un conférence internationale sur la réduction des risques liés à la nocivité de tabac, s’est tenue la semaine dernière à Sofia, la capitale bulgare, informe le quotidien WalfQuotidien. Déroulée sous une forme de webinaire, cette rencontre d’échange à réunir des éminents chercheurs.

La réduction des risques liés à la consommation du Tabac, a toujours fait objet de stratégies déjà utilisées. Selon le Professeur David Khayat, fondateur et président honoraire de l’Institut nationale du burnout cancer en France, Professeur à l’Université Pierre et Marie Curie et chef du Département de Médecine Oncologique, «l’excès de vitesse est l’une des principales causes de la mortalité sur les routes. Quand on a constaté que les leçons de morale de civisme et les contraventions ne réglaient pas le problème, de façon réaliste, il y a eu l’alternative de la ceinture de sécurité et les airbags. Le même exemple est valable pour les maladies sexuellement transmissibles où en plus de la morale, il y a eu l’alternative réaliste du préservatif». Se fondant sur ces exemples, rapporte Walf, le Pr Khayat invite au même réalisme dans la lutte contre le tabagisme, en adoptant les alternatives qui réduisent les risques.  

Chaque gouvernement devrait prendre la question à bras le corps car, chaque année, «il y 100 mille morts liés aux maladies du tabac», informe le Professeur.  La cause primaire des maladies liées au tabagisme n’est pas la nicotine. «C’est pourquoi nous avons  étudié les alternatives de l’industrie du tabac» précise, le Professeur David Khayat. Cette alternative qui consiste à chauffer le tabac et non plus le brûler, réduit drastiquement les risques liés au tabac, comme le confirme la décision de la Food and Drug Administration (Fda) aux USA, qui a eu à se prononcer, sur le produit de tabac chauffé suite à la demande du cigarettier Philip Morris.

Giraud Togbé  (Stagiaire)

    Nouveau commentaire:

    Your email address will not be published.*

    Forgot Password