BARA NDIAYE, LE JEUNE LUTEUR FASSOIS PRÊTÀ EN DÉCOUDRE AVEC SON ADVERSAIRE LE 22 AOÛT

Le 22 août prochain, le jeune lutteur Bara Ndiaye a «un combat capital» qui le mettra aux prises avec Kogna 2. A cet effet, Bara Ndiay s’entraine activement pour mettre toutes les chances de son côté. Ce 12 juillet 2021, aux environs de 12h, c’est après ses exercices de fitness sis sur la VDN que nous rencontrons Bara Ndiaye prenant une pause. Pour son combat du mois prochain, Bara Ndiaye affiche la certitude. Dans cet entretien accordé à AfricaGlobe tv (voir vidéo), il jure de gagner ce combat face à son adversaire arguant être plus fort que ce dernier. « Je suis plus fort que lui, mon coach est plus fort que son coach », déclare-t-il

Par cette matinée de mardi le soleil poursuit sa course vers le zénith. Nous sommes à Sacré-Cœur 3 en face d’une célèbre école de formation, très précisément, sous le nouvel autopont récemment aménagé à quelques encablures de du cimetière Saint-Lazare de Béthanie

C’est sur cette place publique que nous apercevons Bara Ndiaye. Tout de noir vêtu, tel un méditant, il affiche une certaine sérénité. Il chuchote quelques paroles qu’on n’entend pas si ce n’est le mouvement de ces lèvres qui le suggèrent. Trouvé dans ce cadre pittoresque, ouvert et plaisant, nous ne soupçonnions qu’on avait affaire à un lutteur. Prié de répondre à notre micro-trottoir sur la vaccination, raison de notre présence sur les lieux, Bara n’a pas eu la moindre hésitation. Il s’est lancé illico presto.

Après son intervention au micro trottoir, nous découvrons qu’il s’agissait d’un lutteur de par son propre aveu. C’est ainsi que nous lui proposons, à nouveau, un entretien express en bonne et due forme. Et de nouveau, Bara Ndiaye donne son accord et s’est prêté au jeu avec plaisir. Dans cet entretien il raconte son parcours en tant que lutteur et ses ambitions dans ce sport.

Jeune dans l’arène, Bara nourrit de grandes ambitions. Il rêve de décrocher les gros contrats de combat de 200, voire 300 millions afin «d’aider sa famille et surtout sa mère» à l’endroit de laquelle il ne tarit pas d’éloges en lui rendant hommage. A l’en croire c’est une mère aimante qui le pousse avec d’autres à la victoire. « Ma mère est très bien. C’est une lionne», dit-il. Pourtant, Bara se rappelle que lorsqu’il a voulu se lancer dans la lutte, il y a quelques années, sa mère n’avait jamais été d’accord. Il a fallu la médiation et la diplomatie soutenues de son père, décédé en 2014, pour que sa mère finisse par lui donner son onction.

Depuis lors, le jeune lutteur trace son chemin en s’s’inspirant de ses devanciers. Déterminé, Bara Ndiaye ambitionne d’atteindre le niveau des grandes gloires comme Yekini et Cie.
Bara Ndiaye fait un plaidoyer pour que l’État organise mieux aide le secteur de la lutte notamment les promoteurs. Pour lui dans ce sport, se greffe d’autres activités connexes qui profite à d’autres sénégalais d’où l’urgence pour lui de soutenir ce sport mythique du Sénégal.

Forgot Password