CHEIKH ANTA DIOP : LA RECHERCHE AU SERVICE DE LA CONSCIENCE HISTORIQUE AFRICAINE (Partie 3 & fin)

Le Panafricain des premières heures

Son combat culturel eut naturellement un prolongement politique. Dans les années cinquante, Cheikh Anta Diop est l’un des principaux animateurs de la Fédération des Étudiants d’Afrique Noire en France (FEANF) qui lance pour la première fois, en direction de l’Afrique, le mot d’ordre d’ « indépendance immédiate » bousculant le calendrier et le programme politique des partis fédéraux africains.

Cheikh Anta Diop, c’est aussi un combat pour l’Unité de l’Afrique Noire, gage d’indépendance et de développement. Partisan d’un État fédéral d’Afrique Noire, il a posé les fondements économiques du continent noir dans son ouvrage « Les fondements économiques et culturels d’un État fédéral d’Afrique noire » dans lequel, le principe de l’unité transforme tous les problèmes auxquels l’Afrique est confrontée. Pour l’homme, il n’y a pas d’unité sans mémoire : il s’agit de restaurer la conscience historique africaine. II n’y a pas d’identité nationale et fédérale sans un langage commun : l’unification linguistique est possible.

Contribution de l’IFAN

    Nouveau commentaire:

    Your email address will not be published.*

    Forgot Password