MÉDIAS : L’IRRESPONSABILITE QUI RISQUE DE NOUS PERDRE

Ça va dans tous les sens. Et comme d’habitude, on préfère prendre les effets pour les causes, mettre en lumière l’accessoire plutôt que l’essentiel. Je ne suis pas du tout sûr que ce disent des journaux et certains sites Internet, sur tel ou tel événement, traduit un état de l’opinion, comme je viens de le lire quelque part.
Quand on est à un certain niveau – pouvant nuire en insultant, en diffamant et en jouant avec les fondements de la cohésion sociale – on doit se garder de certains dérapages, avoir de la retenue et un sens élevé des responsabilités. Un média, ce n’est pas n’importe quoi : il peut être très utile mais aussi très dangereux. Savoir en faire bon usage doit relever du bon sens.
Un journal, un média en général, c’est d’abord une RESPONSABILITE. Dénonçons l’attitude irresponsable de nombreaux supports qui ne font que relayer des rumeurs et prendre leurs délires funestes pour la réalité, au lieu de faire part d’analyses à deux balles mettant cela au crédit de l’opinion.
J’entends, depuis près de 20 ans, face aux dérives d’une presse de canniveau, que « c’est ce que les Sénégalais aiment ». Pour moi, ce n’est pas vrai. Il y a que, de petits esprits incultes, prédateurs, rétrogrades, haineux, s’amusent à titiller de bas instincts d’une minorité, s’appuyant il est vrai, sur de petits « révolutionnaires » de salons qui donnent échos à leurs desseins malveillants.
Il faudra – et c’est avec beaucoup de douleur que le journaliste que je suis le propose – un jour ou l’autre, lever le baton pour mettre fin à la pagaille. De nombreuses personnes souffrent dans leur chair de d’irresponsabilité des brebis gâleuses de plus en plus audacieuses et bruyantes.
Soyons clairs : la liberté d’expression ne donne pas le droit de nuire sciemment à autrui et d’installer les germes de la division.
Aboubacar Demba Cissokho

Forgot Password