QUE SAVOIR SUR LE « PROJET DE LA GRANDE MURAILLE VERTE » ?

Le One Planet Summit pour la biodiversité, organisé le 11 janvier 2021 à Paris, a été l’occasion d’élever le niveau d’ambition de la communauté internationale en matière de protection de la nature, tout en répondant aux nouvelles questions soulevées par la pandémie de Covid-19 en mobilisant collectivement des ressources pour mieux reconstruire et améliorer les moyens de subsistance au Sahel grâce à la Grande Muraille Verte. Mais que savoir sur ce projet pharaonique pour l’Afrique ?

Le projet de la Grande Muraille Verte vise la création d’une « muraille » de 8.000 km de long impliquant 11 pays. Il est destiné à traverser 11 pays africains: la Gambie, le Sénégal, la Mauritanie, le Mali, le Niger, le Nigeria, le Tchad, le Soudan, l’Ethiopie, Érythrée et Djibouti.

L’idée est de construire un mur d’arbres qui traversera l’Afrique d’Est en Ouest sur près de 7700 km, à cheval sur les territoires de 11 pays et quelque 100 millions d’hectares de terres dégradées. L’objectif est de lutter contre la désertification et le réchauffement climatique et préserver la biodiversité, mais aussi de créer des emplois.

L’idée a pour la première fois été évoquée par la voix d’un explorateur et forestier écologiste anglais du nom de Richard St. Barbe Baker, qui imagina dans les années 1950 un mur d’arbres afin de reverdir le Sahara, rapportait. Cette idée sera défendue dans les années 1980 par le président du Burkina Faso, Thomas Sankara, avant d’être officiellement lancée en 2007 par l’Union africaine.

Le projet, maintenant dans sa deuxième décennie, est un programme phare dirigé par l’Afrique qui démontre comment exploiter le pouvoir de la nature pour fournir, simultanément, des solutions politiques à des menaces environnementales multiples et complexes, telles que la dégradation des terres, la désertification, la sécheresse, le changement climatique, la perte de biodiversité, la pauvreté et l’insécurité alimentaire.

La Grande Muraille Verte a inspiré de nombreux pays africains et ses travaux contribuent à la mise en œuvre du Cadre mondial de la biodiversité pour l’après 2020. La Grande Muraille Verte fait partie des campagnes mondiales emblématiques dont l’achèvement est prévu au cours de la Décennie sur la restauration des écosystèmes en 2030.

A. Rachad MOUSSA

    Nouveau commentaire:

    Your email address will not be published.*

    Forgot Password